Jeu de l'oie.

Ta vie est le miroir des histoires que tu te racontes, les conventions, les codes, les croyances aux quelles tu choisis d’adhérer.

.

Si ça te saoule, change juste le disque.

.

La réalité est neutre en elle même. À toi de choisir quelle expérience tu veux faire. Et ça commence avec ta façon de regarder.

.

Victime - bourreau - héros - force tranquille, tu choisis. Tu es entièrement responsable de ce que tu vis. Même si le valider c’est en prendre un sacré coup à l’orgueil. C’est quand même ce que je choisis. À toi de voir pour toi même.

.

A chaque instant tu peux relancer les dés. C’est le pouvoir du choix.

Ta liberté.

.

Tu peux être qui tu veux.

Tout ça n’est qu’un jeu pour se rencontrer. Coudre, découdre, recoudre ...vie - mort - vie ...tantôt ceci tantôt cela...tu choisis, encore et encore.

.

Ça sous entends d’arrêter le business qui te permettait jusqu’ici de soutirer de l’énergie et de l’attention à l’autre, en jouant le rôle qui permets de récolter le plus de point possibles.

.

Ou d’avoir des excuses pour éviter de te vivre, d’être en lien, de créer ...and son on.

.

Tu peux aussi choisir de vivre à partir d’un espace plus grand et plus authentique en toi.

Celui où tu te regardes avec honnêteté.

.

Ou tu reprends ton pouvoir au lieu de le troquer contre un avatar.

.

Tu n’es ni bon ni mauvais - ni glorieux ni moins que rien...etc..tu es toi et c’est déjà pas mal.

.

Je choisi de me rendre libre parce que je choisi de vivre. C’est à dire prendre ma vie comme elle est et être moi. Avec mes désirs et mes choix.

Mes moments de doute, mes moments d’émotions, mon sentiment d’être perdue, puis de m’être trouvée..et etc.

.

Rien ne sera jamais figé. Ça ne sert à rien de dévouer ta vie à ériger ta statue de voilà ce que je suis. Une fraction de seconde peut suffire à la démanteler. Tout cela est tout et rien à la fois.

Toute tentative est vaine.

Parce qu’ainsi est la vie.

Impermanente.

.

Elle t’aime et elle s’en fou a la fois.

La vie quelque part c’est toi.

.

Ce que je fais moi ? Je ressens - j’accueille - j’observe - discernement - réalité - choix..se reconnaître et se créer ..

.

J’en suis là. J’expérimente ça. Parce que j’en ai envie. Parce que ça me fais du bien jusqu’ici. Et puisque la danse est infini, rien ne sert de se presser.

.

Plus concrètement ça donne je me lève le matin et je fais ce que j’ai envie. Je suis le flow, parfois en résistant - parfois pas.

Ça dépends et on s’en fou.

.

Par le simple fait d’être là, je fais déjà le boulot.

.

Vivre.

.

Donner du sens, prendre du plaisir, agir en cohérence avec ces valeurs..oui !

Ça m’intéresse aussi.

.

Mais pas avec l’intention d’arriver ailleurs qu’ici. De fuir ce qui est là, ce que je suis déjà.

.

L’intention c’est ce qui compte vraiment dans le fond. Ce qui génère le résultat de ce que tu exprimes ou produit.

.

On en a conscience ou pas, ce n’est pas une compétition. Par contre sans passer à l’action, sans te mouiller dans ta vie, sans choisir d’être vraiment là ..

.

Difficile d’accéder au potentiel inouï du voyage...Il y a un endroit où l’on peut remercier la tempête en pleine mer comme les clapotis des flots bleus qui bordent le rivage.

.

C’est ainsi que je choisi, au fur et à mesure, un pas après l’autre, à ma mesure, d’explorer ma propre aventure.

.

Ce n’est ni bon ni mauvais. C’est ce que je choisi moi. A un moment j’en ai eu marre de penser que l’autre savait mieux que moi ce dont j’avais besoin ou envie.

.

Aujourd’hui je goûte, je dis non, je dis oui, j’évolue là voile au vent. Et c’est moi qui tient la barre.