Le Noisetier - Coryllus Avellana - Betulacées

À la source de la connaissance.

La quête de sagesse et de vérité par les 5 sens.

Le noisetier est un arbre dit ubiquiste.

Il apprécie tous les types de sol mais va préférer des sols filtrants où l’eau circule bien ainsi que des situations ombragées ou mi ombragées. Nous verrons plus tard comment son lien à l’eau se tisse au delà du type de sol qu’il apprécie. Certaines qualités des arbres se retrouvant sous des prismes de lecture plus élargis.

On le trouve globalement en forêt, en lisière de prés, prés des cours d’eau et ce jusqu’à 1700M d’altitude.

Le Noisetier est communément dit « arbre » mais en réalité c’est un arbrisseau qui peut vivre jusqu’à 60 ans et ne dépasse pas 5 M de haut ( ce qui es typique de la classification des arbrisseaux ).

On le retrouve ainsi partout en France sauf en Méditerrannée et en Corse.

Climats peut-être un peu trop arides pour lui.

C’est également le seul arbre fruitier à pouvoir vivre en symbiose avec les truffes.

Son écorce est brune avec des lenticelles sur les jeunes rameaux permettant l’échange d’air entre l’intérieur et l’extérieur, comme on les retrouve également chez le sureau.

En vieillissant, l’écorce du noisetier se teinte de gris.

Il va fleurir de janvier à fin février proposant des chatons mâles de 2 à 8 cm de couleurs jaunes et vert tendre libérant leurs étamines afin de féconder d’autres noisetiers et de délicates fleurs femelles ressemblant à des bourgeons et pourvues de stigmates roses à rouges à l’extrémité qui donneront les noisettes à l’automne.

Son bois est souple et résistant et sert traditionnellement à confectionner la baguette du sourcier. Nous retrouvons ici la notion d’eau et de source dont je vous parlais plus haut.

Une forêt de noisetier s’appelle une coudraie, du latin coryllus signifiant casque ( que l’on retrouve sur la coque de la noisette ). Le coudrier étant son autre nom commun.

La récolte se fait plutôt d’août à septembre pour des noisettes bien fraîches.

En hiver un peu de miel parsemé d’éclats de noisette fera merveille pour apaiser les maux de gorge.

Les Bourgeons seront utilisés au Printemps pour confectionner des macérats glycériné

propres à la gemmothérapie.

Les feuilles se consomment en cuisine, en salade ou blanchies pour les jeunes feuilles de Printemps. Puis nous les utiliserons pour confectionner des tisanes une fois passées au séchoir.

Les chatons peuvent également être séchés et pulvérisés pour préparer de la farine de chatons qui complétera vos pâtes à gâteaux. Ils peuvent également être introduit en tisane en début de printemps pour une reminéralisation douce et à distance des repas ou de tout traitement médicamenteux ou autres compléments alimentaires.

Rappellons nous cependant qu’en les prélevant nous ôtons à l’arbre une partie de son potentiel de reproduction. Notre cueillette se doit donc de répondre à nos besoins - pas de surplus - et dans le meilleur des cas se fera en conscience, tant dans le geste qu’au niveau de la quantité de ce qui est prélevé sur les différents arbrisseaux choisis.

Les feuilles sont toniques veineuses - astringentes - antiseptique - fébrifuges.

On les utilisera donc pour resserrer les muqueuses des différentes parois comme les intestins, la gorge, la bouche ( aphtes par exemple ), afin de faciliter la cicatrisation.

Mais aussi en cas de légère diarrhée bactérienne ou virale car les tanins viendront limiter la perte d’eau via le colon en resserrant les tissus là où les propriétés antiseptiques viendront ajouter leur action en prévenant le développement de micro-organismes ( virus - champignons et bactéries ).

Le noisetier possédant également des propriétés sur la circulation via les tanins et les flavonoïdes contenus dans les feuilles, on pourra l'employer pour tout ce qui est lié à la santé et à la tonicité des vaisseaux comme l’insuffisance veineuse - jambes lourdes - varices - couperose - hémorroïdes.

Les tanins vont ici se lier aux cellules du sang et aux protéines favorisant la coagulation et le resserrement des petits vaisseaux sanguins.

Les noisettes quand à elle sont riches en manganèse - magnesium et phosphore - vitamine E - B9 ainsi que comme source ( à nouveau ) de potassium - zinc et calcium.

Elles obtiennent 60% de lipides - 14 à 20% de protéines - 8 à 14% de glucides et 5% d’eau et de minéraux.

L’huile contient principalement des oméga 9 ( environ 80% d’acides oléiques ) - quelques oméga 6 ( 10% d’acide linoléïque ) des acides gras saturés mais pas d’oméga 3.

De par sa richesse en oméga 9, l’huile de noisette va rejoindre les propriétés circulatoires des feuilles et bourgeons en contribuant à la diminution des maladies cardio-vasculaires.

Les feuilles pourront donc être utilisées :

  • pour l’insuffisance veineuse, les jambes lourdes, les varices, hémorroïdes et varicosités.

  • les diarrhées légères.

  • les gargarismes - bains de bouches et aphtes - l’inflammation des gencives - les maux de gorge.


Les bourgeons quand à eux viendront en soutien physiologique des poumons et du foie ainsi que pour des problèmes veineux. Ils seront un bon complément en cas d’anémie légère.


En atelier nous cueillons ensemble, préparons le macérât mère de bourgeons par exemple, et je vous parle des différentes façons de cuisiner ou de se soigner avec le noisetier.


Attention : Il est important d’espacer la prise de médicaments - alimentaire ou de compléments de 2H de toute prise de tisane ou autre. La complexation des tanins pouvant diminuer l’absorption de ceux ci. Et éviter toute prise en cas d traitement antibiotique.

L’huile végétale peut aussi être utilisée pour la peau. Elle était autrefois utilisée pour les douleurs articulaires et la calvitie.


Dans son aspect symbolique traditionnel, le noisetier était considéré comme un arbre porteur de fécondité, notamment de par ses fruits. On en servait aux repas de fiançailles et de noces et on en déposait également au pied du lit nuptial ou dessous comme il était coutume en Bretagne par exemple.


Pour les Celtes, la noisette est le fruit de la connaissance. Le noisetier étant l’arbre relié à la sagesse et la science.


À l’abri de sa coque la noisette est symbole de sagesse intérieure.

Son enveloppe difficile à briser représenterait les efforts à fournir pour atteindre la vérité et dépasser les illusions.


Il fait partie des 7 arbres chefs des druides avec le chêne - le houx - le pommier - l’if - le pin et le frêne.


Les saumons sont associés au noisetier dans la légende irlandaise, nageant dans la rivière sacrée Boyne sous le noisetier d’où sont tombées 9 noisettes de sagesse.


Il incarne également le pouvoir de divination conduisant à la source.


On retrouvera sa symbolique auprès d’Hermès - patron des alchimistes - qui utilisa une branche de coudrier pour enseigner l’amour - l’équilibre et l’harmonie.

Ce que l’on retrouve sur le caducée, deux serpents entourant la baguette de coudrier symbolisant l’amour.


Dans la tradition Celte c’est également l’arbre du 9ème mois lunaire, Juillet.

Son nom dans l’Ogham, l’alphabet celte des arbres, est Coll, qui est aussi la 9ème lettre de l’Ogham.


En tirage, Coll suggère une recherche en direction des sagesses anciennes, un retour aux sources spirituelles qu’il s’agit d'incarner ici et maintenant.


Sagesse - Études - Période propice pour approfondir un enseignement.

La sagesse ici est reliée à l’intuition et à l’ouverture du coeur.

Il est aussi question de fécondité, de procréation, de création.


Une légende irlandaise raconte qu’il existait une source mythique d’où coulait 5 ruisseaux. Neufs noisetiers poussaient aux dessus de celle ci, puis un jour, les noisettes de la connaissance tombent dans la source où 5 saumons s’en nourrissent, rejetant les coquilles dans l’eau.


Ces fameux 5 courants de la source représentent nos 5 sens, ceux là même grâce auxquels la connaissance est obtenue.


C'est pour sa reliance à l'eau - la connaissance et la source que les Druides portaient des baguettes de noisetiers comme emblème de leur charge. Le noisetier étant l’arbre gardien de l’eau sacrée, nourrissant les saumons de connaissance et possédant aussi de grandes affinités avec les sources curatives.


Se nourrir, se soigner, se relier à la symbolique de chaque arbre et à son lien avec les éléments pour mieux nous connaître - apprendre à reconnaître les bienfaits que la nature nous offre - prendre conscience de notre lien au vivant.


Si cet article t'a parlé tu peux me rejoindre en atelier Alchimie Végétale une fois par mois. Je te propose des ateliers de transmission et partage autour du végétal.

De la balade à la cueillette, la préparation de remèdes, la transmission de connaissances. Une autre façon d'apprendre et de se relier à la nature en nous et autour de nous.


Si tu as apprécié cet article n'hésites pas à le partager - à mettre un coeur ou encore à me contacter via le formulaire du site !


Marion pour Alchimie Naturelle ©

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout