Marcher Joyeux...où comment remettre du plaisir dans ton business et ta progression.

" Construis ton business autour de ton lifestyle / pas ton lifestyle autour de ton business " C'est la phrase que je retiens pour aujourd'hui. . J'adore mon métier d'accompagnante et j'adore la vie en général. Je suis plutôt une personne dite " ambitieuse ", je dirais surtout que j'ai de l'énergie pour m'impliquer dans des projets. . Surtout parce que j'aime partager, vivre des expériences et en retirer des enseignements. . L'ambition ça n'est pas qqchose qui ne s'applique que dans la vie pro. Le symbole de l'ambition c'est pas un mec en costard cravate avec un ego démesuré qui veut dominer le monde pour faire du profit. . C'est simplement avoir de l'énergie à investir dans ce qui te fais kiffer. . Le mot important là dedans c'est "kiffer". . J'aime la clarté et la structure dans ce que je fais..mais une part de moi aime aussi en avoir rien à foutre et aller chercher des fraises pieds nus dans mon jardin en pyjama en regardant le soleil qui inonde la forêt et les belles couleurs d'automne. . Alors le travail c'est super. Tu peux t'épanouir là dedans, comme moi quand je vous accompagne - que j'apprends - que j'écris à partir de ce que j'ai intégré/ compris de mon quotidien. . Mais le problème c'est qu'on associe trop souvent travail avec " je dois me faire chier pr gagner ma vie et le wkd je pourrais me reposer". . Spoiler alert :On ne gagne pas sa vie, elle est déjà là. . La deuxième chose quand on pense travail on ne pense pas plaisir. Et c'est bien là le problème. . Je dirais que beaucoup de personnes commencent à y penser. À remettre du sens dans leur métier. À faire une activité qui les fait vibrer. . Mais pour en arriver là - quoi que tu choisisses comme métier - il va falloir lever la crasse des conditionnements inconscients perso et sociétaux sur ce qu'est le travail. . En gros, est ce que tu t'autorises à jouir ou pas dans ce que tu fais / Qu'est ce que ça veut dire pour toi / À quoi ça ressemble / Qu'est ce que ça éveille comme émotions etc..Et crois moi rien que ça c'est déjà un chemin en soi. . Pour moi la vie ça n'est pas de se fouetter très fort pour atteindre des objectifs qui correspondent aux normes sociétales de l'ère de la révolution industrielle ..ou je sais pas quel truc.. . Tu as vu un peu ce que ça à produit sur les ressources naturelles la pensée cartésienne et productiviste ? Perso je n'ai pas envie d'être un écosystème en crise et de me percevoir comme une ressource à extraire ou une marchandise. . Je vote pour une nouvelle ère : je choisis de mettre l'humain / ma nature en premier dans ma vie ..pour... ( roulements de tambours ) > rien...ou le plaisir. . Je suis devenue entrepreneure pour cette raison. J'avais bien sentie que le travail tel qu'on l'entends c'était clairement pas ma came..et surtout il n'y avait aucun sens là dedans pour moi. . Comme je suis plutôt déterminée - pour pas dire autre chose - ça à été difficile de plier et de rentrer dans la norme. Au final c'est pourtant ce qui m'a permis de monter mon activité. . L'essentiel pour moi c'était de pouvoir respecter mon rythme, faire qqchose qui me corresponds. Le salariat ça me faisait hyper chier. C'était marrant qqs mois à chaque endroit parce que c'était nouveau, mais sur le long terme ça ne me nourrissait absolument pas. . Ce que je veux moi c'est VIVRE. Je suppose que toi aussi. Donc mon focus c'est " qu'est ce qui me nourris " et "comment je prends soin de moi". La logique de résultat je lui dis " merci, mais non merci".. . Dans le sens où : obligation de moyen OK / obligation de pression PAS OK - Humain épanouï en premier. . Et c'est un défi en soi. Parce que ça demande de se rencentrer non pas sur la norme établie mais bien sur ce qui est important pour toi. . Pour moi c'est d'avoir le temps de : > contempler la montagne - faire mon yoga - prendre des temps de silence - de marcher en forêt et de suivre le cycle des saisons - de passer du temps avec les gens que j'aime et mes amis - de construire ma vie de famille. . Tout en étant satisfaite de moi même au niveau pro. > Entends par là avoir été créative et avoir fais de mon mieux en me respectant. . Pas fuir la vie avec le travail. Pas fuir le travail avec la vie. Être bien là - en lien avec qui je suis, en train de vivre ce à quoi ça ressemble vraiment..et envoyer chier les kilos de croyances et autres qui essaieraient de me détourner de ça. . Être une super-entrepreuneure pour moi ça n'est pas avoir 150000 followers et turbiner au 50 cafés qui te permettent d'exploser la to-do list..hahaha - rien à foutre de la to-do list en vrai soyons un peu honnêtes. . On à une to-do list parce qu'on joue à être ci ou ça..mais en vrai il faut être au clair que tt ça n'est pas réel ^^ . Si je meurs demain je vais pas me dire " Yeah ! j'ai bien explosé mes to-do lists - c'était le kiff " hahah . Je ris en même temps que j'écris parce que je me rends compte du ridicule de la pression que je me mets parfois dans mon boulot. Et du sérieux que je rajoute sur un truc qui l'est pas - en vrai. . Amener de la légèreté dans ton travail, c'est déjà te rappeller que tt ça n'est qu'un jeu. Tu n'es pas un profil facebook ou un compte Linkedin..tu es un être humain avant tout ! . Si je termine pas ces tâches - si je n'excelle pas ici ou là..il se passe quoi ? Absoluement RIEN ! Personne n'est mort et le monde ne s'arrête pas de tourner..SCOOP . Si tu veux vraiment accomplir des choses, demande toi d'abord "pourquoi". Et tu verras peut-être pour qui c'est vraiment de le faire comme ci ou comme ça. . Tout ça pour dire que le plaisir est LE moteur qui nous permets vraiment d'avancer que ce soit dans nos quotidiens pour notre évolution perso ou dans nos projets. Le plaisir et le sens = simplicité. > Bonne nourriture pour toi et ce que tu viens vivre ici. . Donc Mea Culpa sainte église de la productivité, je choisirais de faire mon yoga et d'aimer les gens en premier. . Il y a des risques financiers à ça ? Je ne sais pas. Par contre des peurs à lâcher c'est sûr. Des mécanismes d'ego qui voudraient s'identifier à ...sûrement aussi. . Ma définition du succés c'est d'être heureux. Si tes projets et ton quotidien y contribuent c'est tant mieux. . Simplement pour éviter de se faire vomir à soi même à la perspective de l'un ou de l'autre ça passe par choisir ce que tu veux. . Ce que tu veux vraiment vivre. Et à quoi ça ressemble en terme de positionnement / d'attitudes et d'actions concrètes. . Ce matin j'avais une to do list à reprendre. Parce que soit disant j'ai plein de choses à faire / je n'ai pas le temps / il y a des enjeux financiers.. Ça peut être la même chose avec ta charge mentale - les trucs à faire pour les enfants etc... . Mais je préfère dire à ma pression d'aller voir ailleurs si j'y suis pendant que je déguste un thé sur ma terrasse au soleil. Et je reviendrais faire ces tâches avec le rythme que j'aurais décidé. . Parce que salarié ou indépendant c'est toujours toi le patron. De ta vie ! . Il faut pleurer je pleure pas de souci. Il faut prendre du temps - aucun problème. Il y a des priorités, ok comment je m'organise selon mon fonctionnement. Il y a des imprévus, je peux toujours choisir de respirer. Ok voyons comment je peux aussi être créative pour gérer ça et transformer le défi en apprentissage. Pourquoi ? parce que ce qui est vraiment important pour moi c'est moi et la VRAIE VIE. . Donc mon corps ici et maintenant. Mon humain qui se fout bien de tous ces trucs d'entreprise et d'objectifs dans le fond, qui veut juste kiffer et profiter de la vie. Pas coller son nez H24 sur un PC. Vivre une expérience - de pref qui lui plaît ! . Donc oui parfois il y à des endroits où il faut passer pour arriver à ci ou ça. Mais il y a aussi la douceur que tu t'offres sur le chemin en prenant le temps de ressentir ce qui est ok pour toi ou pas / ce qui est fondamental pour toi ou pas. Ce qui te fais plaisir ou pas. Et réajuster. . Ce qui compte c'est l'intention d'où tu pars. Dans ta vie et tes projets. ET comment tu relationnes à ce que tu rencontres en chemin. A cet endroit là tu es mieux équipé si tu sais t'écouter. Accueillir ce qui est là. . Voilà ce qui était là pour moi aujourd'hui. On peut relever des défis avec un planning de ouf pendant 6 jours d'affilé, si c'est pour finir sur le banc de touche à moitié épuisé ou sans avoir eu le temps de dire bonjour à son chien ça sert à rien. . Ici le sujet ce n'est pas d'abandonner mais d'approfondir. Aller du point A au point B de cette manière ça ne marche pas. Comment je fais maintenant pour que le chemin me plaise/ nourrisse ? . Parce que si tu as cru comme moi à la base que l'objectif était le sujet tu t'es trompé. . Le sujet c'est le chemin, l'objectif atteint c'est le fruit du chemin. Un bon fruit c'est le produit d'un chemin ajusté. . En gros, quand tu vas à la montagne - soit tu montes au sommet très vite en bourrinnant et tu plantes ton drapeau dessus en croyant que tu as gagné / soit tu prends le temps d'admirer le paysage - de respirer l'odeur de la mousse - de monter à ton rythme - de choisir le meilleur itinéraire selon qui tu es..et quand tu arrives en haut tu te rends compte que tu t'es reconnu et respecté. . Pour moi c'est ça le vrai cadeau. . C'est cool de se challenger, mais c'est pas forcément utile si t'as rien à te prouver ou que cette montagne ne te fais pas kiffer. . Admirer la vue une fois en haut ne fais pas de toi qqn de meilleur. C'est le chemin parcouru qui te fais grandir... Et c'est là dessus qu'il faut poser sa conscience et ses choix pour en récolter les fruits. . Ce que tu conserves aussi dans ton sac à dos / ce que tu choisis de laisser mourrir. . Idéalement j'aurais envie de te dire vas-y à poil - le sac à dos c'est toi. Tout est déjà l'intérieur...Et justement le chemin te permets de le découvrir. Encore et encore et encore..jusqu'à la dernière montagne. . Car oui il y a toujours des montagnes. On ne va nulle part. Alors à toi de choisir la qualité du voyage. . La question ça n'est pas de courrir pour arriver plus vite ou de s'arrêter pour méditer sur le sens de l'existence. Mais de marcher joyeux.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout